Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/147

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« La chaleur des rayons solaires, dit-il, passe au travers de l’air transparent ; mais la chaleur obscure des corps terrestres traverse en bien moins grande quantité l’air et les vitres.

« Saussure, pour s’assurer que les rayons du soleil sont bien plus chauds dans les régions supérieures de l’atmosphère qu’à la surface de la terre, plaçait un thermomètre dans une boîte noircie intérieurement et couverte de plusieurs glaces ou vitres. Le thermomètre, ainsi renfermé, montait plus haut au sommet des montagnes que dans la plaine. Au cap de Bonne-Espérance en 1837, sir John Herschel, en plaçant une boîte noircie recouverte d’une seule vitre sans mastic, sous un châssis vitré de jardinier, a obtenu des températures bien supérieures à celles de l’eau bouillante. En peu de temps, des œufs, des fruits et une forte étuvée de viande et de légumes (en français, un bœuf à la mode), furent cuits et mangés à la grande satisfaction de nombreux convives.

« Avis à ceux qui, comme dans l’Égypte, vivent sous les rayons d’un soleil ardent, que sir John Herschel appelle clair de soleil. »

Dans un ouvrage des plus intéressants, M. Mouchot vient d’exposer un moyen pratique de recueillir et d’utiliser directement les rayons solaires au profit de l’agriculture et de l’industrie. Déjà il a obtenu de beaux résultats qui ont eu la sanction des hommes compétents. Il s’est occupé avec le même succès de la cuisson au soleil de la viande, des légumes et du pain, etc.

Pendant le courant de l’année 1875, il a soumis à l’Académie des sciences la suite des applications indus-