Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/122

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


doublant le cap des Tempêtes, qui a changé son nom en celui de Bonne-Espérance.

Les Français ajoutèrent plus tard à la boussole la rose des vents, ainsi que le témoigne la fleur de lis qu’on retrouve marquant le nord dans les boussoles les plus anciennes.

V.

Une aiguille aimantée, suspendue horizontalement, va à peu près du nord au sud ; nous disons à peu près, car à Paris, par exemple, la partie australe de l’aiguille décline vers l’ouest, et si l’on imagine un plan passant par les deux pôles de l’aiguille en repos et par le centre de la terre, ce plan fera avec le méridien terrestre un angle de 22 degrés, qui est ce que l’on appelle la déclinaison de l’aiguille aimantée pour Paris.

Le plan qui contient ainsi la direction de l’aiguille horizontale, abandonné librement à l’action magnétique du globe dans un lieu, se nomme le méridien magnétique de ce lieu.

Voici la déclinaison observée à Paris à diverses époques :

Années 1580 11 degrés 30 secondes Est
1618 8
1663 0
1678 1 degrés 30 secondes Ouest
1700 8 10
1785 22
1821 22 29
1835 22 4
1864 18 57