Page:Racine - Abrégé de l’histoire de Port-Royal, éd. Gazier, 2e éd.djvu/81

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


principalement à entendre les défenses et les raisons des parties ; et ils lui citaient là-dessus l’exemple delà fameuse congrégation de Auxiliis. Ils ne dissimulaient pas même que, dans les règles, cette affaire aurait dû être discutée par les évêques de France avant que d’être portée à Sa Sainteté. On s’imaginera aisément que cette lettre ne fut pas fort au goût de la cour de Rome, aussi éloignée de vouloir entrer dans les discussions qu’on lui demandait que prévenue qu’il n’appartient point aux évêques de faire des décisions sur la doctrine. En effet, leurs députés, pendant près de deux ans qu’ils demeurèrent à Rome, demandèrent inutilement d’être entendus en présence de leurs parties. Ils pressèrent avec aussi peu de succès que les différents sens que pouvaient avoir les propositions fussent distingués dans la censure qu’on en ferait.

[31 mai 1653]. Le pape donna sa constitution, où il condamnait les cinq propositions sans aucune distinction de sens hérétique ni catholique, et se contenta d’assurer publiquement ces députés, lorsqu’ils prirent congé de lui, que cette condamnation ne regardait ni la grâce efficace par elle-même, ni la doctrine de saint Augustin, qui était, leur dit-il, et qui serait toujours la doctrine de l’Église.

Si M. Arnauld et ses amis avaient eu un mauvais dessein en demandant l’éclaircissement de ces propo-