Page:Racine - Abrégé de l’histoire de Port-Royal, éd. Gazier, 2e éd.djvu/68

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mère, six de ses sœurs et six de ses nièces religieuses à Port-Royal. Lui-même, lorsqu’il fut fait prêtre, avait donné tout son bien à ce monastère, ayant jugé qu’il devait entrer pauvre dans l’état ecclésiastique. Il avait aussi choisi sa retraite dans la solitude de Port-Royal des Champs, avec M. d’Andilly, son frère aîné, et avec ses deux neveux, M. Le Maître et M. de Sacy. C’est de là que sortaient tous ces excellents ouvrages, si édifiants pour l’Église, et qui faisaient tant de peine aux jésuites. C’en fut assez pour rendre cette maison horrible à leurs yeux. Ils s’accoutumèrent à confondre dans leur idée les noms d’Arnauld et de Port-Royal, et conçurent pour toutes les religieuses de ce monastère la même haine qu’ils avaient pour la personne de ce docteur.

Ceux qui ne savent pas toute la suite de cette querelle sont peut-être en peine de ce qu’on pouvait objecter à ces filles dans ces commencements. Car il ne s’agissait point alors de formulaire ni de signature ; et la fameuse distinction du fait et du droit n’avait point encore donné de prétexte aux jésuites pour les traiter de rebelles à l’Eglise. Cela n’embarrassa point le Père Brisacier, l’un de leurs plus emportés écrivains. C’est lui qu’ils avaient choisi pour aller solliciter à Rome la censure du livre de la Fréquente communion. Le mauvais succès de son voyage excitant vraisemblablement sa mauvaise humeur, il en vint