Page:Racine - Abrégé de l’histoire de Port-Royal, éd. Gazier, 2e éd.djvu/262

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Augustin (saint), docteur de l’Église latine, né à Tagaste en Afrique (354), mort à Hippone (Afrique) en 430. Il avait été manichéen dans sa jeunesse ; il se convertit à trente-deux ans et devint évêque d’Hippone en 395. Il a laissé de nombreux ouvrages, notamment des traités contre Pelage qui l’ont fait surnommer le docteur de la grâce. Sa doctrine a toujours été reconnue orthodoxe, et l’Église tout entière l’avait adoptée lorsque Molina et les Jésuites entreprirent de la ruiner pour lui substituer le molinisme.
Augustins, nom général des ordres religieux qui suivaient la règle de saint Augustin. Il y en avait un très grand nombre. Le couvent des Grands Augustins situé à Paris, sur la rive gauche de la Seine, en face de la Cité, servait de lieu de réunion aux Assemblées du Clergé qui se tenaient tous les cinq ans.
Augustinus, ouvrage de controverse composé par Jansénius, qui se proposait d’y condenser la doctrine de saint Augustin sur la grâce contre les Pélagiens et les Semi-Pélagiens. L’Augustinus parut en 1640, deux ans après la mort de son auteur (Louvain et Paris, un volume in-folio divisé en trois tomes). Jansénius, dans la préface de ce livre, le soumettait au pape, dont il admettait l’infaillibilité, et il condamnait par avance toutes les erreurs qu’on y pourrait trouver [52].
Aulney (abbé d’). V. Du Four.
Aurelius (Petrus). V. Petrus Aurelius.
Auxerre (Iles d’). V. Iles.
Auxiliis (de). V. De Auxiliis.
Bagnols (de). V. Dugué de Bagnols.
Bail (Louis), prêtre français, docteur de Sorbonne et curé de Montmartre ; nommé en 1661 supérieur des