Page:Racine - Abrégé de l’histoire de Port-Royal, éd. Gazier, 2e éd.djvu/260

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grand Arnauld. Il demeura caché presque toute sa vie ; il dut s’expatrier en 1679, et il mourut à Bruxelles [8, 40, 45, 47, 51, 53, 57, 65, 66, 71, 73, 74, 88, 90, 98, 97, 220, 119, 155, 159, 161, 181, 194, 197-205, 210, 216].

La mère de tous ces enfants, Catherine Marion, mourut elle aussi religieuse à Port-Royal sous le nom de Sœur Catherine de Sainte-Félicité (1641) [12].

Robert Arnauld d’Andilly eut quinze enfants, dont cinq moururent en bas âge ; parmi les dix autres on distingue :

Catherine (1615-1643), religieuse à Port-Royal sous le nom de Sœur Catherine de Sainte-Agnès.

Simon (1618-1699), marquis de Pomponne, deux fois ministre d’État (1671-1679 ; 1691-1699) [204].

Charles-Henri (1623-1084), solitaire de Port-Royal sous le nom de Luzancy [21 5].

Angélique (1624-1684), religieuse à Port-Royal et abbesse sous le nom de Mère Angélique de Saint-Jean [173, 182, 190, 192, 200, 202, 203, 213, 214, 215].

Marie-Charlotte (1627-1678), religieuse à Port-Royal sous le nom de Sœur Marie-Charlotte de Sainte-Claire [173, 182].

Marie-Angélique (1630-1700), religieuse à Port-Royal sous le nom de Sœur Marie-Angélique de Sainte-Thérèse [173, 182].

Anne-Marie (1631-1660), mourut novice à Port-Royal.

Élisabeth, morte pensionnaire à Port-Royal à l’âge de treize ans.

Jules, ancien élève des Petites Écoles de Port-Royal, mort à l’armée dès sa première campagne, en 1657.

Articles de 1662, Racine appelle ainsi une déclaration rédigée, par les docteurs La Lane et Girard, au