Page:Racine - Abrégé de l’histoire de Port-Royal, éd. Gazier, 2e éd.djvu/247

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


crements que M. de Noailles confirme par écrit le 3 octobre dans une lettre adressée au même. Les religieuses dressent le 20 une belle requête à ce prélat, dans laquelle elles démontrent leur innocence ; mais il ferme les yeux, et leur fait signifier le 22 novembre une ordonnance par laquelle il les prive des sacrements…

Le 20 novembre, M. Le Noir, dit de Saint-Claude, est arrêté à Port-Royal-des-Champs, et conduit à la Bastille (où il reste jusqu’en 1715). En sortant, il s’attendrit et répand quelques larmes ; un archer, voulant le consoler, lui dit qu’il sera bien traité : sur quoi ce saint homme lui répond : Je ne pleure point de ce que vous pensez, mais de joie et de reconnaissance de la grâce que Dieu me fait aujourd’hui de souffrir pour une si bonne cause.

1708. — Les religieuses de Port-Royal-des-Champs, qui avaient appelé, le 1er décembre 1707, à la primatie de Lyon, de la sentence par laquelle M. de Noailles les avait privées des sacrements, font diverses sommations à l’Official ; elles présentent une nouvelle requête pour obtenir la communion pascale. Mais l’Official laisse passer la fête sans relever leur appel. La communion pascale leur est refusée par les ecclésiastiques envoyés par M. de Noailles, et même à leurs domestiques, parce qu’ils témoignaient de l’attachement pour de si saintes maîtresses. Le