Page:Racine - Abrégé de l’histoire de Port-Royal, éd. Gazier, 2e éd.djvu/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ment fut fait à plusieurs autres : la sœur Françoise de Sainte-Lutgarde, la sœur Antoinette de Saint-Augustin Le Gros, la sœur Catherine de Saint-Paul, la sœur Anne-Eugénie de Boulogne de Saint-Ange.

1667. — Les gardes du roi sont relevés par un exempt du grand prévôt et par quatre archers qui forcent les portes de clôture et se rendent maîtres du jardin.

1668. — L’abbaye de Port-Royal est remise dans son état de perpétuité sur deux fausses suppositions, savoir : la vacance du siège abbatial, et la prétendue incapacité de la Mère Agnès. C’est sur ces deux suppositions que M. de Paris fait nommer la sœur Dorothée par le roi, et qu’elle obtient des bulles de provision du 7 juin 1668. Les religieuses de Port-Royal des Champs y forment opposition par un acte du 24 septembre. Mais l’intruse alla son train, et usurpa l’abbaye lorsque les bulles furent arrivées. Il y eut cette année un projet de transférer les religieuses de Port-Royal dans le diocèse de Sens, mais il ne s’exécuta point.

Le pape (Clément IX) rend la paix à l’Église de France, et remédie en partie aux maux qu’Alexandre VII, son prédécesseur, avait causés par ses bulles contre Jansénius. Le roi donne le 23 octobre un bref pour maintenir la paix. M. Arnauld a l’honneur de paraître devant ce grand prince, qui désirait de le voir. La liberté est rendue à M. de Sacy.