Page:Racine - Abrégé de l’histoire de Port-Royal, éd. Gazier, 2e éd.djvu/228

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce qui a donné lieu au bruit qui se répandit que M. Pascal avait abjuré le jansénisme. Celui-ci, dans sa dernière maladie, ayant lâché quelques mots de ce différend au curé de Saint-Étienne[1], qui comprit que puisque M. Pascal avait été de contraire avis avec ces messieurs, il avait été d’avis de l’entière soumission au formulaire, feu M. de Paris[2] en tira avantage fît signer cette déposition par le curé qui, ayant été depuis convaincu du contraire, voulut en vain revenir contre sa signature. M. l’archevêque se moqua de lui.

M. Nicole appelle tout cela les guerres civiles de Port-Royal.

— La Mère Angélique de Saint-Jean était entêtée aussi qu’elles ne devaient signer en aucune sorte ; et quand l’accommodement fut fait, elle persistait toujours dans son opinion. M. d’Aleth lui écrivit, M. Arnauld, M. de Sacy : tout cela inutilement. M. Nicole eut ordre de faire un écrit pour la convaincre. Enfin elle se rendit, il ne sait comment, en disant qu’elle n’était nullement convaincue.

Il estime qu’elle avait plus d’esprit même que M. Arnauld ; très exacte à ses devoirs, très sainte mais naturellement un peu scientifique, et qui n’aimait pas à être contredite. Madame de Longueville ne l’aimait pas, et pourtant convenait de toutes ses

  1. Le P. Beurrier.
  2. Péréfixe