Page:Racine - Abrégé de l’histoire de Port-Royal, éd. Gazier, 2e éd.djvu/126

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


clergé, et y députa même un de ses grands-vicaires, avec ordre d’y présenter et l’extrait et la requête.

Les curés de Rouen écrivirent aussitôt à ceux de Paris pour les prier de les aider de leurs lumières et de leur crédit, et même de se joindre à eux dans une cause qui était, disaient-ils, la cause de l’Évangile. Les curés de Paris n’avaient pas attendu cette lettre pour s’élever contre la morale des nouveaux casuistes. Ils s’étaient déjà assemblés plusieurs fois sur ce sujet, tellement qu’ils n’eurent pas de peine à se joindre avec leurs confrères. Ils dressèrent aussi de leur côté un extrait de plus de quarante propositions de ces casuistes, et le présentèrent à l’Assemblée du clergé pour en demander la condamnation, en même temps que la requête des curés de Rouen y fut présentée. Comme c’est principalement aux évêques à maintenir dans l’Église la saine doctrine, tout le monde s’attendait que le zèle des prélats éclaterait encore plus fortement que celui de tous ces curés. En effet, quelle apparence que ces mêmes évêques, qui se donnaient alors tant de mouvement pour faire condamner dans Jansénius cinq propositions équivoques qu’on doutait qui s’y trouvassent, pussent hésiter à condamner dans les livres des casuistes un si grand nombre de propositions, toutes plus abominables les unes que les autres, qui y étaient énoncées en propres termes, et qui tendaient au renversement entier de la