Page:Racine - Abrégé de l’histoire de Port-Royal, éd. Gazier, 2e éd.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dalencé, l’un des trois chirurgiens qui avaient fait la consultation que j’ai dite, vînt dans la maison pour une autre malade. Après sa visite, il demanda aussi à voir la petite fille qui avait une fistule. On la lui amena ; mais, ne la reconnaissant point, il répéta encore une fois qu’il demandait la petite fille qui avait une fistule. On lui dit tout simplement que c’était celle qu’il voyait devant lui. Dalencé fut étonné, regarda la religieuse qui lui parlait, et s’alla imaginer qu’on avait fait venir peut-être quelque charlatan qui avec un palliatif avait suspendu le mal. Il examina donc sa malade avec une attention extraordinaire, lui pressa plusieurs fois le coin de l’œil pour en faire sortir de la matière, lui regarda dans le nez et dans le palais, et enfin, tout hors de lui, demanda ce que cela voulait dire. On lui avoua ingénument comme la chose s’était passée ; et lui courut aussitôt, tout transporté, chez ses deux confrères Guillard et Cressé. Et les ayant ramenés avec lui, ils furent tous trois saisis d’un égal étonnement ; et après avoir confessé que Dieu seul avait pu faire une guérison si subite et si parfaite, allèrent remplir tout Paris de la réputation de ce miracle. Bientôt M. de la Potherie, à qui on avait rendu sa relique, se vit accablé d’une foule de gens qui venaient lui demander à la voir. Mais il en fit présent aux religieuses de Port-Royal, croyant qu’elle ne pouvait pas être mieux révérée que dans la même