Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE XXIII. 89

ennemis, i\ le prenant, elles laiflbient leur Roy def- coLiuert, & en prinfe.

Les Roys marchent & prennent leurs ennemis de toutes faces en carré : & ne paflent que de carreau blanc & prochain au iaulne, & au contraire exceptez qu’à la première defmarche,ri leur fiUiere ell : oit trou- uee vuide d’autres officiers, fors les Cuftodes, ils le peuuent mettre en leur fiege, & à colle de luy fe recirer.

Les Roynes defmarchen.t, & prennent en plus grande liberté, que tous autres : lauoir ell en tous endroits, & en toutes manières, en toutes fortes, en ligne direde, tant loing, que leur plaift, pourueu que ne foit des fieris occupé : & diagonale auffi, pourueu que foit en couleur de fon afiiette.

Les Archiers marchent tant en auant, comme en arrière, tant loing, que près. Auffi iamais ne varient la couleur de leur première affiette.

Les Cheualiers marchent, & prenent en forme ligneare, paffant vn fiege franc, encores qu’il full : oc- cupé, ou des fiens, ou des ennemis : & au fécond foy pofans à dextre, ou à feneftre en variation de cou- leur, qui eft fault grandement dommageable à partie aduerfe, & de grande obferuation. Car ils ne prenent iamais à face ouuerce. Les Cuftodes marchent & pre- nent à face tant à dextre, qu’à feneftre, tant arrière, que deuant, comme les Roys : & peuuent tant loing marcher qu’ils voudront en fiege vuide, ce que ne font les Roys.

La loy commune es deux parties eftoit en fin der- nier du combat affiieger & clorre le Roy de part aduerfe en manière qu’euader ne peuffc de cofté quel- conque. Iceluy ainfi clos fuir ne pouuant, ny des liens eftre fecouru, ceiïbit le combat, & perdoit le