Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE XXI. 8l

Autres lauoient les teftes des Afnes, & n’y per- doient la laixiue.

Autres chaiïoient aux vents auec des rets, & y prenoient EfcreuifTes Decumanes.

l’y vy vn ieune Spodizateur, lequel artificielle- ment tiroit des peds dVn Afne mort, & en vendoit l’aune cinq Ibls.

Vng autre putrcfioit des Sechaboth. O la belle viande.

Mais Panurge rendit vilainement fa gorge, voyant vn Archafdarpenim, lequel faifoit putréfier grande doye d’vrine humaine en liant de cheual, aucc force merde Chrellienne. Fy le vilain. Il toutesfois nous refpondit que d’icelle facree diftilation abbreuuoit les Roys & grans Princes, & par icelle leur allongeoit la vie d’vne bonne toile ou deux.

Autres rompoient les Andouilles au genoil.

Autres efcorchoient les Anguilles par la queue, & ne crioient leldides Anguilles auant que d’ellre efcorchees, comme font celles de Melun.

Autres de néant faifoient chofes grandes, & grandes chofes faifoient à néant retourner.

Autres coupoient le feu aucc vn coufteau, & pui- foient l’eau auec vn rets.

Autres faifoient de velTics lanternes, & de nues poilles d’airain. Nous en veifmes douze autres banque- tans fouz vne fueillade, & beuuans en belles & amples retumbes vins de quatre fortes, frais & délicieux à tous, & à toute relie : & nous fut dit, qu’ils haul- foient le temps félon la manière du lieu : & qu’en certe manière Hercules iadis haulfa le temps auec Atlas.

Autres faifoient de neceffité vertu, & me fcmbloit l’ouurage bien beau, & à propos.