Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/406

Cette page n’a pas encore été corrigée


398 LKTTRES ET DOCVMEN’TS.

vn pont leuis iiifques fus la concrefcarpe du fofle. Au iour fafdit xiiii. de ce mois de Âlars, le ciel & l’air femblerent fauorifer à la feRe. Car Ion n’auoic de long cemps veu iournee tant claire, ferene, & icyeufe, comme icelle fut en toute fa durée. La fré- quence du peuple eftoit incroyable. Car non feule- ment les Seigneurs Reuerendiffimes Cardinaux prefque tous, les Euefques, Prelatz, Officiers, Seigneurs, & Dames, & commun peuple de la ville y eftoient accouruz : mais aufll des terres circunuoifmes à plus de cinquante lieiies à la ronde, elloient conuenuz nombre merueilleux de Seigneurs Ducz, Comtes, Barons, gentilzhommes, auecques leurs femmes & familles, au bruit qui eftoit couru de ce nouueau tournoy : auiïi qu’on auoit veu es iours precedens tous les brodeurs, tailleurs, recameurs, plumaciers, & autres de telz metliiers employez & occupez à parfaire les accouftremens requis à la fefte. De mode que non les palais, maifons, loges, galeries, & efchauf- fautz leulement elloient pleins de gens en bien grande ferre, quoy que la place foie des plus grandes & fpacieules qu’on voye : mais aufli les toitz & cou- uertures des maifons & eglifes voifmes. Au mylieu de la place pendoient les armoiries de mon dit Sei- gneur d’Orléans en bien grande marge à double face, entournoiees d’vn ioyeux feilon de Myrtes, Lierres, Lauriers, & Orangiers mignonnement inf- trophiees d’or clinquant auecques celle infcription :

Crefcc infans j futis ncc te ipfe vocuntibus au/er.

Sus les xviii. heures, félon la fupputation du pais, qui ell entre vne & deux après mydi, ce pendant que les combatans foy mettoient en armes, entrèrent dedens