Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


Comment Panurge r a compte à maijlre Aeditue l’Apologue du RouJJin & de l’Afne.

Chapitre VII.

VOIR bien beu & bien repeu^ Aeditue nous mena en vne cham- bre bien garnie, bien tapiiïee, toute dorée. Là nous fift appor- ter myrobalans, brain de bafme, & zinzembre verd confît, force hypocras & vin délicieux : & nous inuitoit par ces antidotes, comme par breuuage du fleuue de Lethé, mettre en oubly & nonchalance les fatigues qu’auions paty fus la marine : fill auffi por- ter viures en abondance à nos nauires qui furgeoient au port. Ainfi repofafmes par icelle nuid, mais ie ne pouuois dormir à caufe du fempiternel brimballement des cloches.

A minuift Aeditue nous efueilla pour boire : luy mefme y beut le premier difant. Vous autres de l’autre monde dides que ignorance eft mère de tous maux, & diftes vray : mais toutesfois vous ne la banni ITez mie de vos entendemens, & viuez en elle, auec elle, par elle. C’ell : pourquoy tant de maux vous meihai- gnent de iour en iour : toufiours vous plaignez : touf-