Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/284

Cette page n’a pas encore été corrigée


2y6 HPISTRE DV LYMOSIN.

Aux agrcs migre. & opimcs poflefles Que tes génies t’o : ic laifTé pour fuccefTes : Pour vn pauxille (en ce lieu) refueiller Tes membres las, & les refociller.

Là tout plaillr te fait oblation : Et d’vn chafcun prens obledacion.

Là du gracule, & plaifant Philo : n ? ne Te refiouyt la douce cantilene.

Là ton efprit ton mal delangonie, S’cxhilarant de telle fymphonie.

Là les Satirs, Faulnes, Pan, & Seraines, Dieux, demy Dieux courent à grands haleines. Nymphes des bois, Dryades, & Nageades, Preftes à faire en fueilade gambades,

Y vont en grande accelleration, Pour vificer celle aggregation.

Et quand la turbe ell touce accumulée, Lucundicé fe fait, non fimulée : Auec fellins, où dape Ambrofienne Ne manque point : Liqueur Nedarienne

Y régurgite aux grands & aux petits, Comme au felHn de Peleus & Thetis. Et toft après les menfes fubleuées,

Les vns s’en vont incumber aux chorées : L’vn s’exercite à vener la Ferine, Et l’autre fait venation Connine. Dirons nous plus ? Ludes, & tranfitemps En Tomni-forme inueniez es camps. Pour euincer la rriileiïe defpite.

O deux, trois fois, tresfœlice la vite, Pour le refpeâ : de nous, qui l’omnidie Sommes fequents l’ambulante curie, Sans fter, n’auoir va feul iour de quiète. Infauftifllme eft cil, qui s’y fouhaite.