Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/235

Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE XLVII DV CINQVIESME LIVRE. 22J

& c’eft la caufe pourquoy les anciens ont appelle Saturne le Temps, père de Vérité, & Vérité fille eut Temps. Infaliblement aufli trouueront tout le fauoir & d’eulx & de leurs predecelTeurs à peine eftre la minime partie de ce qui eft & ne le fcauent. De ces troys hoires que prefentement ie vous liure vous en prendrés iugement congnoiffant comme dicl le prouerbe aux oncles le lyon. Par la raréfaction de noftre eaue dedans enclofe, interuenant la chaleur des corps fupperieurs & ferueur de la mer fallee ainfi qu’ell : la naturelle tranfmutation des elemens vous fera air dedans treiïallubre engendré, lequel de vent clair cerain delicieulx vous feruira, car vent n’efl que air flottant & vndoyant : ceftuy vent moyennant yrez à droide routte fans terre prendre fi vouliez iufques au port de Olonne en Talmondois, en lafchant à trauers voz velles par ce petit foubfpiral d’or que y voyés appofé, comme vne fleute, aultant que penferez vous fuffire pour tout au lantement naui- ger à toufiours en plaifir & feureté fans dangier ne tempelle. De ce ne doubtez. Et ne penfez la tempefte ylîîr & procéder du vent : le vent vient de la tempefte exitee du bas de l’abifme : ne penfez auflî la pluye venir par impotence des vertus retentiues des cieulx & grauité des xiues fufpendues : elle vient par euo- cation des foubzterrennes régions, comme par euo- cation des corps fuperieurs elle de bas en hauk eftoit inperceptiblement tirée, & vous le tefmongne le roy poète chantant & difant que l’abifme inuocque l’abifme. Des troys oyres, les deux font plaines de l’eaue fufdide, la tierce eft extraide du puys des faiges Indiens lequel on nomme le tonneau des Brachmanes.

Trouuerez dauantaige voz naufz bien duement