Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/224

Cette page n’a pas encore été corrigée


2l6 APPENDICE.

de diable, qui eftoit de lunettes caparaflbnné, comme vne tortue d’efcailles & ne viuoit que d’vne viande qu’ils appellent en leur pattois appellations. Le voyant Pantagruel demanda à Gaingnebeaucoup, de quelle race eiloit ce protenotaire & comme il s’ap- pelloit. Gaingnebeaucoup nous compta comme de toute ancienneté il eftoit leans au grand regret de meilleurs enchefné, qui le faifoyent prefque mourir de faim, & qu’il fe appelloit Reuifit. Par les fainfts couillons du Pape, dit frère Jean, voyla vn beau dan- feur : & ie ne m’efbahis pas fi meiïieurs les ignorans d’icy font grand cas de ce papelard là. Par Dieu il m’ell aduis, amy Panurge, il tu y regardes bien qu’il a le minois de Grippeminault : ceux-cy tous ignorans qu’ils font en iauent autant que les autres, ie le renuoyerois bien d’où il eft venu à grans coups d’an- guillade. Par mes lunettes orientales, dill Panurge, frère lean mon amy, tu as raifon : car à veoir la trongne de ce faux villain Reuifit il eft encores plus ignorant & mefchant que ces poures ignorans icy, qui grappent au moins mal qu’ils peuuent, fans long procez, & qui en trois petits mots vendangent le clos fans tant d’interlocutoires, ni decrotoires, dont ces chats fourrez en font bien fafchez.