Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/223

Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAP. XVI DV CINQVI£SM£ LIVRE. 215

mille petis preiïbuërs, en forçant nous aduifafmes vn autre petit bourreau, à l’entoar duquel elloyent quatre ou cinq de ces ignorans, craiïeux, choleres comme afnes à qui Ion a attaché vne fufee aux feiïes. qui fur vn petit prefTouër, qu’ils auoyent là repaffoyent encores le marc des grappes après les autres, Ion les appelloit en langage du pays Cour- rafteurs. Ce font les plus rébarbatifs villains à les veoir, diil frère lean, que i’aye point apperceu. De ce grand preflbuër nous paflafmes par infinis petits prefTouërs tous pleins de vendangeurs, qui’ efpluchcnt les grains auec des ferremens qu’ils appellent articles de compte : & finablement arri- uafmes en vne baffe falle où nous veifmes vn grand dogue à deux teftes de chien : ventre de loup, griffé comme vn diable de Lamballe, qui efloit là nourri de laid d’amendes, & efiioic ainli délicate- ment par l’ordonnance de mefîleurs, parce qu’il n’y auoit celuy à qui il ne valuif bien la rente d’vne bonne meftairie, ils l’appelloyent en langue d’ignorance, Dupple. Sa mère eftoit auprès, qui eftoit de pareil poil & forme, hors mis qu’elle auoit quatre telles, deux mafles & deux femelles, & elle auoit nom Quadruple, laquelle eftoit la plus furieufe befle de leans & la plus dangereufe après fa grand mère, que nous veifmes enfermée en vn cachot, qu’ils appelloyent omifTion de recepte. Frère lean qui auoit toufiours vingt aulnes de boyaux vuides, pour aualler vne faugrenee d’aduocats fe com- mençant à fafcher pria Pantagruel de penfer du difner & de mener auecques luy Gaingnebeaucoup, de forte qu’en fortant de leans par la porte de der- rière nous renconcrafmes vn vieil homme enchefné, demi ignorant, demi fauant, comme vn Androgyne