Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/177

Cette page n’a pas encore été corrigée


O Bouteille Plaine toute De mifteres, D’vne aureille le t’efcoute : Ne diffères, Et le mot profères, Auquel pend mon cœur. En la tant diuine liqueur, Qui eft dedans tes flancs reclofe, Baccus, qui fut d’Inde vainqueur, Tient toute vérité enclofe. Vin tant diuin loin de toy eft forclofe Toute menfonge, & toute tromperie. En ioje foit l’ame de Noach clofe, Lequel de toy nous fill la temperie. Sonne le beau mot, ie t’en prie, Qui me doit ofter de mifere. Ainli ne fe perde vne goutte De toy, foit blanche ou foit vermeille. O Bouteille Plaine toute De myfteres, D’vne aureille le t’efcoute : Ne diffères.

v//M/m/mMjmM« mi/umu« mm/mm.