Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/159

Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE XXXIX.

’5*

A fin que plus tant n’admiriez l’art d’Apelles,Arill : ides Thebain, & autres qui ont paincl les tonnerres, efclairs, foudres, vents, paroles, meurs & les efprits.

Confequemment eftoit l’ofl des Indians comme aduerty que Bacchus mettoit leur pays en vaftation. En front eftoient les Elephans chargez de Tours ■ auec gens de guerre en nombre infiny : mais toute l’armée eftoit en routte & contre eux, & fus eux le tournoient & marchoient leurs Elephans, par le tumulte horrible des Bacchides, & la terreur Panique qui leur auoit le fens tollu : Là eufliez veu Silenus fon Afne aigrement talonner, & s’elcrimer de fon bafton à la vieille efcrime, fon Afne voltiger après les Elephans la gueule bée comme s’il brailloit, & braillant martiallement (en pareille braueté, que iadis efueilla la nymphe Lotis en plains Baccha- nales, quant Priapus plein de Priapifme la vouloir dormant Priapifer fans la prier) fonnaft l’affaut.

Là eufliez veu Pan fauteler auec fes iambes tortes, autour des Menades, auec fa flufle ruftique les exci- ter à vertueufement combatre. Là euffiez auflî veu en après vn ieune Satyre mener prifonniers dixfept Roys : vne Bacchide tirer auec fes Serpens quarante & deux Capitaines : vn petit Faune porter douze enfeignes prinfes fur les ennemis : & le bon homme Bacchus fur fon char fe pourmener en feureté parmy le camp, riant, fe gaudiflant & beuuant d’autant à vn chafcun.En finelloit reprefenté en figure Emblé- matique le trophée de la victoire & triomphe du bon Bacchus.

Son char triomphant eftoit tout couuert de Lierre, prins & cueily en la montagne Meros, & ce pour la rarité, laquelle haulTe le pris de toutes choies, en