Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/497

Cette page n’a pas encore été corrigée
489
chapitre lxii.


iusques au paige. Mais il inventoit l’art & manière de faire les boulletz arrière retourner contre les ennemis, en pareille furie & dangier qu’ilz seroient tirez, & en propre parallèle.

Le cas ne trouvoit difficile, attendu que l’herbe nommée Æthiopis ouvre toute les serrures qu’on luy præsente : & que Echineis poisson tant imbecille arreste contre tous les vens & retient en plein fortunal les plus fortes navires qui soient sus mer : & que la chair de icelluy poisson conservée en sel attire l’or hors les puyz tant profonds soyent ilz, qu’on pourroit sonder.

Attendu que Democritus escript, Theophraste l’a creu & esprouvé estre une herbe, par le seul atouchement de laquelle un coin de fer prodondement & par grande violence enfoncé dedans quelque gros & dur boys, subitement sort dehors. De laquelle usent les Pictz Mars (vous les nommez Pivars) quand de quelque puissant coin de fer l’on estouppe le trou de leurs nidz : les quelz ils ont accoustumé industrieusement faire & caver dedans le tronc des fortes arbres.

Attendu que les Cerfz & Bisches navrez profondement par traictz de dards, fleches, ou guarrotz, s’ilz rencontrent l’herbe nommée Dictame frequente en Candie, & en mangent quelque peu, soubdain les flèches sortent hors, & ne leurs en reste mal aulcun. De laquelle Venus guarit son bien aymé filz Æneas blessé en la cuisse dextre d’une flèche tirée par la sœur de Turnus Iuturna.

Attendu qu’au seul flair issant des Lauriers, Figuiers, & veaulx marins, est la fouldre detournée, & iamais ne les ferit. Attendu que au seul aspect d’un Belier les Elephans enraigez retournent à