Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/383

Cette page n’a pas encore été corrigée
375
chapitre xxx.

Le palat, comme une moufle.

La salive, comme une navette.

Les amygdales, comme lunettes à un œil.

Le isthme, comme une portouoire.

Le gouzier, comme un panier vendangeret.

L’estomach, comme un baudrier.

Le pylore, comme une fourche fière.

L’aspre artère, comme un gouet.

Le guaviet, comme un peloton d’estouppes.

Le poulmon, comme une aumusse.

Le cœur, comme une chasuble.

Le mediastin, comme un guodet.

La plèvre, comme un bec de Corbin.

Les artères, comme une cape de Biart.

Le diaphragme, comme un bonnet à la Coquarde.

Le foye, comme une bezague.

Les vènes, comme un chassis.

La ratelle, comme un courquaillet.

Les boyaulx, comme un tramail.

Le fiel, comme une dolouoire.

La fressure, comme un guantelet.

Le mesantère, comme une mitre abbatiale.

L’intestin ieun, comme un daviet.

L’intestin borgne, comme un plastron.

Le colon, comme une brinde.

Le boyau cullier, comme un bourrabaquin monachal.

Les roignons, comme une truelle.

Les lumbes, comme un cathenat.

Les pores uretères, comme une cramaillière.

Les vènes emulgentes, comme deux glyphouoires.

Les vases spermaticques, comme un guasteau feueilleté.

Les parastates, comme un pot à plume.