Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/370

Cette page n’a pas encore été corrigée
362
le quart livre.


vimères & afflictions, en l’air troublemens & tenèbres : en mer tempeste & fortunal.

Il y a (dist Pantagruel) de l’apparence en ce que dictez. Car comme la torche ou la chandelle tout le temps qu’elle est vivente & ardente luist es assistans, esclaire tout autour, delecte un chascun, & à chascun expose son service & sa clarté, ne faict mal ne desplaisir à persone. Sus l’instant qu’elle est extaincte, par sa fumée & evaporation elle infectionne l’air, elle nuist es assistans & à un chascun desplaist. Ainsi est il de ces ames nobles & insignes. Tout le temps qu’elles habitent leurs corps, est leur demeure pacificque, utile, delectable, honorable : sus l’heure de leur discession, communement adviennent par les isles & continent grands troublemens en l’air, tenèbres, fouldres, gresles : en terre concussions, tremblemens, estonnemens : en mer fortunal & tempeste, avecques lamentations des peuples, mutations des religions, transpors des Royaulmes, & eversions des Republicques.

Nous (dist Epistemon) en avons naguières veu l’experience on decès du preux & docte chevalier Guillaume du Bellay, lequel vivant, France estoit en telle felicité, que tout le monde avoit sus elle envie, tout le monde se y rallioit, tout le monde la redoubtoit. Soubdain après son trespas elle a esté en mespris de tout le monde bien longuement.

Ainsi (dist Pantagruel) mort Anchises à Drepani en Sicile la tempeste donna terrible vexation à Æneas. C’est par adventure la cause pourquoy Herodes le tyrant & cruel roy de Iudée soy voyant près de mort horrible & espoventable en nature (car il mourut d’une Phthiriasis mangé des verms & des poulx, comme paravant estoient mors L. Sylla,