Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/336

Cette page n’a pas encore été corrigée
328
le quart livre.


poing en face. Soubdain après pour leur appaiser & empescher de non soy complaindre en iustice, leurs departoit de son argent. Tant qu’il les rendoit contens & satisfaictz, scelon l’ordonnance d’une loig des douze tables. Ainsi despendoit son revenu battant les gens au pris de son argent. Par la sacre botte de sainct Benoist, dist frère Ian, presentement i’en sçauray la verité. Adoncques descend en terre, mist la main à son escarcelle, & en tira vingt escuz au Soleil. Puys dist à haulte voix en presence & audience d’une grande tourbe du peuple Chiquanourroys. Qui veult guaigner vingt escuz d’or, pour estre battu en Diable ?

Io, io, io, respondirent tous. Vous nous affollerez de coups, monsieur : cela est sceur. Mais il y a beau guaing. Et tous accouroient à la foulle, à qui seroit premier en date, pour estre tant precieusement battu. Frère Ian de toute la trouppe choysit un Chiquanous à rouge muzeau : lequel on poulse de la main dextre portoit un gros & large anneau d’argen : en la palle duquel estoit enchassée une bien grande Crapauldine.

L’ayant choysi ie veidz que tout ce peuple murmuroit, & entendiz un grand, ieune, & maisgre Chiquanous habile & bon clerc, & (comme estoit le bruyt commun) honeste home en court d’ecclise, soy complaignant & murmurant de ce que le rouge muzeau leurs oustoit toutes practicques : & que si en tout le territoire n’estoient que trente coups de baston à guaingner, il en emboursoit tousiours vingt huict & demy. Mais tous des complainctz & murmures ne procedoient que d’envie. Frère Ian daubba tant & trestant Rouge muzeau, dours & ventre, bras & iambes, teste & tout, à grands coups de