Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/335

Cette page n’a pas encore été corrigée


Comment par frère Ian est faict essay du naturel des Chicquanous.

Chapitre XVI.



Ceste narration, dist Pantagruel, sembleroit ioyeuse, ne feust que davant nos œilz fault la craincte de Dieu continuellement avoir.

Meilleure, dist Epistemon, seroit, si la pluie de ces ieunes guanteletz feust sus le gras Prieur tombée. Il dependoit pour son passetemps argent, part à fascher Basché, part à veoir ses Chiquanous daubbez. Coups de poing eussent aptement atouré sa teste rase : attendue l’enorme concussion que voyons huy entre ces iuges pedanées soubs l’orme. En quoy offensoient ces paouvres Diables Chiquanous ?

Il me soubvient, dist Pantagruel, à ce propous d’un antique gentihome Romain, nommé L. Neratius. Il estoit de noble famille & riche en son temps. Mais en luy estoit ceste tyrannique complexion, que issant de son palais il faisoit emplir les gibbessières de ses varletz d’or & d’argent monnoyé : & rencontrant par les rues quelques mignons braguars & mieulx en poinct, sans d’iceulx estre aulcunement offensé, par guayeté de cœur leurs donnoit de grands coups de