Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/318

Cette page n’a pas encore été corrigée


Comment Pantagruel passa procuration, & de l’estrange manière de vivre entre les Chiquanous.

Chapitre XII.



Continuant nostre routte au iour subsequens passasmes Procuration, qui est un pays tout chaffouré & barbouillé. Ie n’y congneu rien. Là veismes des Procultous & Chiquanous gens à tout le poil. Ilz ne nous invitèrent à boyre ne à manger. Seulement en longue multiplication de doctes reverences nous dirent, qu’ilz estoient tous à nostre commendement en payant. Un de nos truchemens racontoit à Pantagruel comment ce peuple guaignoient leur vie en façon bien estrange : & en plein Diamètre contraire aux Romicoles. A Rome gens infiniz guaignent leur vie à empoisonner, à battre, & à tuer. Les Chiquanous la guaignent à estre battuz. De mode que si par long temps demouroient sans estre battuz, ilz mourroient de male faim, eulx, leurs femmes & enfans.

C’est, disoit Panurge, comme ceulx qui par le rapport de Cl. Gal. ne peuvent le nerf caverneux vers le cercle æquateur dresser, s’ilz ne sont tresbien fouettez.