Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/260

Cette page n’a pas encore été corrigée
252
a mon seignevr odet.

Au surplus vous promettant, que ceulx qui par moy seront rencontrez congratulans de ces ioieulx escriptz, tous ie adiureray, vous en sçavoir gré total : unicquement vous en remmercier, & prier nostre seigneur pour conservation & accroissement de ceste vostre grandeur. A moy rien ne attribuer, fors humble subiection & obeissance voluntaire à voz bons commandemens. Car par vostre exhortation tant honorable m’avez donné & couraige & invention : & sans vous m’estoit le cueur failly, & restoit tarie la fontaine de mes espritz animaulx. Nostre seigneur vous maintienne en sa saincte grace. De Paris ce 28 de Ianvier 1552.

Vostre treshumble & tresobeissant serviteur
Franç. Rabelais medicin.