Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/162

Cette page n’a pas encore été corrigée
154
le tiers livre.


tes, tant pudicques, & continuellement occupées : l’vne à contemplation des astres, l’autre à supputation des nombres, l’autre à dimension des corps Geometricques, l’aultre à inuention Rhetoricque, l’aultre à composition Poëticque, l’aultre à dispofition de Musique : que approchant d’elles, il desbandoit son arc, fermoit sa trousse, & extaignoit son flambeau par honte & craincte de leurs nuire. Puys houstoit le bandeau de ses œilz pour plus apertement les veoir en face, & ouyr leurs plaisans chantz & odes Poëticques. Là prenoit le plus grand plaisir du monde. Tellement que souuent il se sentoit tout rauy en leurs beaultez & bonnes grâces, & s’endormoit à l’harmonie. Tant s’en fault qu’il les voulsist assaillir, ou de leurs estudes distraire. En cestuy article ie comprens ce que escript Hippocrates on liure susdict, parlant des Scythes, & au liure intitulé, De geniture, disant tous humains estre à génération impotens, es quelz l’on a vne foys couppé les artères parotides, les quelles sont à cousté des aureilles, par la raison cy dauant exposée, quand ie vous parlois de la resolution des espritz, & du sang spirituel, du quel les artères sont réceptacles : aussi qu’il maintient grande portion de la geniture sourdre du cerueau, & de l’espine du dours.

Quintement, par l’acte Vénérien. le vous attendois là (dist Panurge) & le prens pour moy. Vse des præcedens qui vouldra. C’est (dist frère Ian) ce que Fray Scyllino prieur de sainct Victor lez Marseille appelle maceration de la chair. Et suys en ceste opinion : aussi estoit l’Hermite de saincte Radegonde au dessus de Chinon : que plus aptement ne porroient les hermites de Thebaïde macérer leurs corps, dompter certe paillarde Sensualité,