Ouvrir le menu principal
Cette page a été validée par deux contributeurs.
11
CHAPITRE I.

uerent le bout, par ce qu’il entroit trop auant les excluses de Vienne. Icelluy ouurans en certain lieu, signé au dessus d’vn goubelet, à l’entour duquel estoit escript en lettres Ethrusques Hic bibitvr, trouuerent neuf flaccons en tel ordre qu’on assiet les quilles en Guascoigne. Des quelz celluy qui au mylieu estoit couuroit vn gros, gras, grand, gris, ioly, petit, moisy, liuret, plus mais non mieulx sentent que roses.

En icelluy fut ladicte genealogie trouuee escripte au long, de lettres cancelleresques, non en papier, non en parchemin, non en cere : mais en escorce d’vlmeau, tant toutesfoys vsees par vetusté, qu’à poine en pouoit on troys recongnoistre de ranc.

Ie (combien que indigne) y fuz appellé : & à grand renfort de bezicles practicant l’art dont on peut lire lettres non apparentes, comme enseigne Aristoteles, la translatay, ainsi que veoir pourrez en Pantagruelisant, c’est à dire beuuans à gré & lisans les gestes horrificques de Pantagruel. A la fin du liure estoit vn petit traicté intitulé, Les Fanfreluches antidotees. Les ratz & blattes ou (affin que ie ne mente) aultres malignes bestes, auoient brousté le commencement : le reste i’ay cy dessoubz adiousté, par reuerence de l’antiquaille.