Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/261

Cette page n’a pas encore été corrigée


Chapitre 6

Comment Pantagruel rencontra un Limosin qui contrefaisoit le langaige Francoys.

Quelque jour, je ne sçay quand, Pantagruel se pourmenoit après soupper avecques ses compaignons par la porte dont l'on va à Paris. Là rencontra ur escholier tout jolliet, qui venoit par icelluy chemin ; et, après qu'ilz se furent saluez, luy demanda : " Mon amy, d'ont viens tu à ceste heure ? L'escholier luy respondit : " De l'alme, inclyte et celebre academie que l'on vocite Lutece. ­ Qu'est ce à dire ? dist Pantagruel à un de ses gens ? ­ C'est (respondit-il), de Paris. ­ Tu viens doncques de Paris, dist il ? Et à quoy passez vous le temps, vous aultres messieurs estudiens, audict Paris ? " Respondit l'escolier : " Nous transfretons la Sequane au dilucule et crepuscule ; nous deambulons par les compites et quadrivies de l'urbe ; nous despumons la verbocination latiale, et, comme verisimiles amorabonds, captons la benevolence de l'omnijuge, omniforme, et omnigene sexe feminin. Certaines diecules nous invisons les lupanares, et en ecstase venereique, inculcons nos veretres es penitissimes recesses des pudendes de ces meritricules amicabilissimes ;