Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/208

Cette page n’a pas encore été corrigée


esmeutes.

Au departir, remercia gratieusement tous les soubdars de ses legions qui avoient esté à ceste defaicte, et les renvoya hyverner en leurs stations et guarnisons, exceptez aulcuns de la legion decumane, lesquelz il avoit veu en la journée faire quelques prouesses, et les capitaines des bandes, lesquelz il amena avecques soy devers Grandgousier.

À la veue et venue d’iceulx, le bon homme feut tant joyeux que possible ne seroit le descripre. Adonc leur feist un festin, le plus magnificque, le plus abundant et plus delitieux que feust veu depuis le temps du roy Assuere. À l’issue de table, il distribua à chascun d’iceulx tout le parement de son buffet, qui estoit au poys de dis huyt cent mille quatorze bezans d’or en grands vases d’antique, grands poutz, grans bassins, grands tasses, couppes, potetz, candelabres, calathes, nacelles, violiers, drageouoirs et aultre telle vaisselle, toute d’or massif, oultre la pierrerie, esmail et ouvraige, qui, par estime de tous, excedoit en pris la matiere d’iceulx. Plus, leurs feist comter de ses coffres à chascun douze cens mille escutz contens, et d’abundant à chascun d’iceulx donna à perpetuité (excepté s’ilz mouroient sans hoirs) ses chasteaulx et terres voizines, selon que plus leurs estoient commodes : a Ponocrates donna La Roche Clermaud, à Gymnaste Le Couldray, à Eudemon Montpensier, Le Rivau à Tolmere, à Ithybole Montsoreau, à Acamas Cande, Varenes à Chironacte, Gravot à Sebaste, Quinquenays à Alexandre, Ligré à Sophrone, et ainsi de ses aultres places.

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>


=== CHAPITRE LII :