Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/196

Cette page n’a pas encore été corrigée


gens peu confermés en leurs couraiges. ilz considerent que sommes icy mal pourveuz de vivres, et là beaucoup diminuez en nombre par deux ou troys yssues. Davantaige, il vient grand renfort de gens à voz ennemys. Si nous sommes assiegez une foys, je ne voy poinct comment ce ne soit à nostre ruyne totale.

— Bren, bren ! dist Picrochole ; vous semblez les anguilles de Melun : vous criez davant qu’on vous escorche. Laissés les seulement venir. »

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>