Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/154

Cette page n’a pas encore été corrigée


meurtriz, sans que nul luy resistast, pensans que ce feust un diable affamé, tant par les merveilleux voltigemens qu’il avoit faict que par les propos que luy avoit tenu Tripet en l’appellant pauvre diable ; sinon que Tripet en trahison luy voulut fendre la cervelle de son espée lansquenette ; mais il estoit bien armé et de cestuy coup ne sentit que le chargement, et, soubdain se tournant, lancea un estoc volant au dict Tripet, et, ce pendent que icelluy se couvroit en hault, luy tailla d’un coup l’estomac, le colon et la moytié du foye, dont tomba par terre, et, tombant, rendit plus de quatre potées de souppes, et l’ame meslée parmy les souppes.

Ce fait, Gymnaste se retyre, considerant que les cas de hazart jamais ne fault poursuyvre jusques à leur periode et qu’il convient à tous chevaliers reverentement traicter leur bonne fortune, sans la molester ny gehainer, et, monstant sus son cheval, luy donne des esperons, tyrant droict son chemin vers La Vauguyon, et Prelinguand avecques luy.

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>