Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/104

Cette page n’a pas encore été corrigée


dormir deux ou troys heures, sans mal penser ny mal dire.

Luy esveillé, secouoit un peu les aureilles. Ce pendent estoit apporté vin frais ; là beuvoyt mieulx que jamais.

Ponocrates luy remonstroit que c’estoit mauvaise diete ainsi boyre apres dormir.

«  C’est (respondist Gargantua) la vraye vie des Peres, car de ma nature je dors sallé, et le dormir m’a valu autant de jambon. »

Puis commençoit estudier quelque peu, et patenostres en avant, pour lesquelles mieulx en forme expedier montoit sus une vieille mulle, laquelle avoit servy neuf Roys. Ainsi marmotant de la bouche et dodelinant de la teste, alloit veoir prendre quelque connil aux filletz.

Au retour se transportoit en la cuysine pour sçavoir quel roust estoit en broche.

Et souppoit très bien, par ma conscience ! et voluntiers convioit quelques beuveurs de ses voisins, avec lesquelz, beuvant d’autant, comptoient des vieux jusques es nouveaulx. Entre aultres avoit pour domesticques les seigneurs du Fou, de Gourville, de Grignault et de Marigny.

Après soupper venoient en place les beaux Evangiles de boys, c’est à dire force tabliers, ou le beau flux. Un, deux, troys, ou À toutes restes pour abreger, ou bien alloient voit les garses d’entour, et petitz bancquetz parmy, collations et arriere collations. Puis dormoit sans desbrider jusques au lendemain huict heures.

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>