Ouvrir le menu principal

Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/98

Cette page n’a pas encore été corrigée


J’ai fait pendant ma longue nuit un mauvais rêve sur mon chevet, comme si j’avais oublié un dieu dans mon grand temple.



Le Sphinx.

N’y pensez plus, à votre dieu ; n’avez-vous pas fait un toit à l’éternité qui porte le firmament dans ses bras, comme une femme son enfant.



Thèbes.

Oui, un toit de granit. Je lui ai taillé, pour s’habiller, un pagne dans le roc ; pour s’asseoir, un beau banc de marbre noir.



Le Sphinx.

C’est assez. Il n’est point venu depuis longtemps d’autres dieux.



Thèbes.

Quelle nouvelle y a-t-il ?



Le Sphinx.

Votre dattier qui verdoie, votre chameau qui rumine, votre épervier qui glapit, et votre désert qui a soif.



Thèbes.

En es-tu sûr ?



Le Sphinx.

Je ne quitte pas votre seuil. Allez, dormez encore mille ans.



Thèbes.

Les mille ans du sphinx sont passés ; ma paupière de granit est pesante à soulever, mon lit est dur. Toujours je rêve d’éperviers au corps d’homme, de hiboux qui portent