Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/211

Cette page n’a pas encore été corrigée


Monseigneur, c’est une goutte de pluie qu’une biche en passant a fait tomber de la voûte !



Ahasvérus.

N’entendez-vous pas des chants de fées qui répètent mon nom en gonflant leurs joues ?



Rachel.

Soyez sûr que c’est le bruit que fait le Necker contre les digues des pêcheurs.



Ahasvérus.

Plus loin, plus loin ; j’ai hâte. Descendons la montagne.



Chœur de Fées.

Tournez donc, rouets, sous nos pieds chaussés de rubis. Fuseaux ensorcelés des filandières, tournez, virez dans nos mains. Aiguilles de fées, sans vous rompre, courez, sautez, rampez, nichez-vous dans votre maille. Oui, avant que minuit sonne, nous aurons brodé cent mille étoiles d’argent pour le pays du soir. Les flocons de neige de Cornouailles tombent de notre quenouille. En Bretagne, les rayons de la lune, plus fins que nos cheveux, sont nos brins de fil. Nous cardons avant le jour, pour l’île de Thulé, le givre qui pend aux arbres.

La terre, quand elle soupire, c’est notre rouet qui murmure ; le ciel, quand il gémit, c’est notre fuseau qui s’endort ; l’océan d’Aquitaine, quand il verdit, c’est notre doigt qui se mouill