Ouvrir le menu principal

Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/187

Cette page n’a pas encore été corrigée


illent, la mer se tait comme le petit d’un vautour dans son nid ; les cloches ouvrent leurs gueules et disent aux tours : écoutez, la voici, notre reine, qui passe sous le porche.



Rachel.

Est-ce là ce que vous appelez une fête ? Mes saints anges, venez à mon secours.



Mob.

Patience, ma fille. Je le sais bien ; tu n’as pas été toujours auprès de la vieille Mob.

Avant d’être un ange de mort, placé à ma porte pour me faire compagnie le soir dans mes cendres, toi aussi, tu étais un ange avec des ailes diaphanes. Qu’est-il devenu, le temps où tu te levais soir et matin pour apporter leurs pains blancs aux griffons accroupis près du seigneur ? Te rappelles-tu les chants que tu savais alors avec l’archet de ta viole pour réveiller les anges et les âmes dans leurs niches de nuage ? Te rappelles-tu, dis-moi, les prés d’azur où tu allais semer chaque année des mondes épanouis, comme ici je sème derrière moi la cendre de mon tablier ; quand tu filais sur ta porte des fils de lumière, et que ton fuseau, en plongeant dans l’abîme, pelotonnait une étoile bénie qui tournoyait jusqu’au matin, suspendue à ta quenouille d’or ? T’en souviens-tu quand la cloche du ciel t’appelait par ton nom, et quand les petits anges te prenaient, en riant, par le pan de ta robe pour entrer avec toi dans la ville de Dieu ?



Rachel.

ô Mob ! Pourquoi dites-vous cela ? Je vous suivrai, je vous obéirai, je vous le promets.

Mais ne me rappelez pas ce temps.



Mob.

Aimes-tu mieux celui où je t’ai connue pour la première