Page:Quérard - La France littéraire, t. 6, 1834.djvu/205

Cette page a été validée par deux contributeurs.
MON MON 205


attribuées par les écrivains anciens aux orateurs ; sur les masques antiques, et sur les moyens que l’on a cru avoir été employés par les acteurs, chez les anciens, pour se faire entendre de tous les spectateurs, avec une planche. — 12º Mémoire sur une statue antique conservée autrefois dans la Villa Medicis, et qui est connue sous la désignation du Silence, avec 3 planches. — 13º Deux Mémoires sur le bronze des anciens, et sur une épée antique et un anneau élastique, avec 3 planches. — 14º Recherches sur l’emploi du chanvre dans l’antiquité et dans le moyen âge. — 15º Mémoire sur l’épée gauloise, et sur les procédés que les anciens ont suivis pour convertir le fer en acier, avec 3 planches. (ibid., ton. V, 1804). — 16º Mémoire sur un monument consacré par Philippianus à la gloire de Septime Sévère. — 17º Mémoire sur le consul d’Occident Calipus. — 18º Épitaphe de Paternianus déterrée à Lyon, en 1778. — 19º Mémoire sur les masques des anciens (contre les opinions des abbés Dubos et Barthélémy.) (Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, nouv. série, tom. Ier, 1815). Ces quatre derniers mémoires ne sont imprimés que par extrait ; — 20º Deux Mémoires sur les instruments d’agriculture des anciens, avec un grand nombre de planches. (ibid., tom. II et III, 1815-18). — 21º Note sur les poteries antiques de couleur rouge. — 22º Mémoire sur les cercueils de pierre que l’on trouve en grand nombre dans plusieurs provinces de l’ancienne France. — 23º Mémoire sur l’étain des Romains. — 24º Mémoire sur les mots Argilla, Creta et Morga. — 25º Mémoire sur le Citrus et le Thyon des anciens. Ces cinq mémoires sont imprimés par extrait dans le tom. III, 1818. — 26º Mémoire sur les meules de moulin, employées par les anciens et les modernes, et sur des meules à bras, antiques, trouvées près d’Abbeville (tom. III, 1818). — 27º Recherches sur les habillements des anciens, en deux parties (tom. IV, 1818). — 28º Mémoire sur deux inscriptions romaines. — 29º Mémoire sur quelques antiquités trouvées près d’Aurillac (Cantal). — 30º Rapport sur une tunique égyptienne, avec une pl. — 31º Mémoire sur les signaux des anciens. — 32º Mémoire sur les pierres tranchantes trouvées dans les sépultures anciennes, avec une pl. — 33º Mémoire sur la véritable Situation de Noviomagus Lexoviorum, ville de la seconde Lyonnaise. — 34º Mémoire sur les graines de quelques végétaux qui ont été prises pour étalons de poids par les anciens. — 35º Mémoire sur la psychostasie, et sur Thèbes d’Égypte, avec une planche. — 36º Mémoire sur la manière de naviguer des Normands, et sur un bateau déterré à Paris, près du Champ de Mars, en 1806, avec une pl. Ces neuf derniers mémoires sont imprimés par extraits dans la partie historique du tom. V, 1821. — 37º Mémoire sur la chasse aux petits quadrupèdes. — 38º Mémoire sur la lecture du VIe livre de l’Énéide, faite par Virgile devant Auguste et Octavie. — 39º Mémoire sur des mesures romaines gravées sur un rocher près de Terracine. — 40º Supplément à un Mémoire sur les masques des anciens. — 41º Notice sur quelques inscriptions au-dessus desquelles sont gravées des mains levées. — 42º Mémoire sur les vases, appelés Lacrymatoires. Six mémoires impr. par extr. dans la part. historique du tom. VII, 1824. — 43º Troisième Mémoire sur le bronze des anciens et sur sa trempe. — 44º Mémoire sur les trois plus grands camées antiques, avec deux planches (tom. VIII, 1827). — 45º Quatre autres mémoires imprimés par extraits dans la partie historique du tom. IX (1831). — 46º Quatre Mémoires sur l’art du monnoyage chez les anciens et chez les modernes. — 47º Mémoire sur des médaillons romains d’un volume extraordinaire (Ibid., tom. IX, 1831). — 48º Mémoire sur les animaux promenés ou tués dans les cirques. (Ibid., tom. X, 1833).


Ce savant est encore auteur des explications de la Galerie de Florence (1787—1821, 4 vol. in-fol.) : il a aussi publié comme éditeur une édition des Fables de Lafontaine, avec des notes grammaticales, mythologiques, etc. (1797, 2 vol. in-12), et une autre des Fables choisies du même auteur, à l’usage des enfants. 1797, in-12 ; nouv. édit. 1824. Il est l’un des annotateurs du Pline latin-français publié par Panckoucke.

MONGEZ le jeune (l’abbé Jean-André), frère du précédent, physicien, membre de plusieurs académies ; né à Lyon, en 1751, mort dans l’expédition de Lapérouse, qu’il avait suivi en qualité de physicien, et avec les fonctions d’aumônier.

— Description, usage et avantages de la machine pour réduire les fractures des jambes, inventée par dom Albert Piero-paro de Vicence. Paris, rue et hôtel Serpente, 1782, in-8 de 22 pag., plus une planche.

— Manuel du minéralogiste, ou la Sciographie du règne minéral, etc.; trad. du suédois et accompagné de notes (1784). Voy. Tob. Bergmann.

L’abbé Mongez avait eu une grande part aux premiers volumes du « Cours d’agriculture » de l’abbé Rozier, et avait, depuis 1779, rédigé le « Journal de physique », commencé par cet abbé. Il y avait précédemment fait insérer plusieurs morceaux, et, entre autres, un sur les ombres colorées du matin (mars 1777), et un sur les causes principales qui font fumer les cheminées, sujet proposé quelques années auparavant par l’Académie de Bordeaux. Biogr. univ.

MONGIN (Edme), prédicateur, d’abord abbé de St.-Martin, puis successivement précepteur du duc de Bourbon et du comte de Charolais de la maison de Condé, membre de l’Académie française (en 1708), évêque de Bazas (en 1724) ; né à Baroville, dans le diocèse de Langres, en 1668, mort à Bazas, en 1746.

— Oraison funèbre de Louis Ier, roi d’Espagne et des Indes, prononcée dans l’église de Paris, le 15 décembre 1724. Paris, J.-B. Coignard, 1725, in-4.

— Oraison funèbre de Louis XIV, prononcée le 19 décembre 1715. Paris, Coignard, 1716, in-4.

— Panégyrique de S. Louis, roi de France, prononcé dans la chapelle du Louvre, le 25 août 1701, en présence de MM. de l’Académie française. Paris, Coignard, 1701, in-4.

— Œuvres (ses). Paris, Simon, 1745, in-4.

On loue surtout son Sermon sur la messe, et son Oraison funèbre de Henri de Bourbon, prince de Condé.

MONGIN (J.), médecin. — Chimiste (le) physicien, où l’on montre que les principes naturels de tous les corps sont