Page:Quérard - La France littéraire, t. 6, 1834.djvu/115

Cette page n’a pas encore été corrigée


MICHEL (J.-J.), professeur en seconde au collège royal de Bordeaux.

— Répertoire de tous les mots poétiques de la langue latine, ou nouvelle Classification du « Gradus ad Parnassum », distribué de manière à offrir, dans les séries spéciales, touns les synonymes et toutes les épithètes de la quantité désirée pour compléter la mesure du vers. Paris, Bredif, 1825, in-8, 5 fr.

MICHEL (Adolphe). — Ombre (l’) d’Hellé aux mines de Missolonghi, messénienne. Paris, Tourneux, Dentu et Delaunay, 1826, in-8 de 32 pag., 2 fr.

MICHEL, avocat à la Cour royale de Bourges.

— Observations sur le Code pénal militaire du 12 mai 1793, etc. Bourges, Mlle Bouguet, 1827, in-8 de 28 pag.

MICHEL (Mme), ex-garde malade. Voy. E.-M. Saint-Hilaire.

MICHEL. — Art de blanchir et de nettoyer le linge, etc. (1828). Voy. Massonet.

MICHEL (Jules), capitaine d’artillerie de la marine.

— Mémorial de l’artilleur marin, rédigé suivant l’ordre alphabétique des matières. Paris, Dehansy ; Anselin, 1828, in-8, 7 fr.

MICHEL (P.), des Bouches-du-Rhône.

— Villéliste (le) et le libéral, dialogue (en prose). Paris, de l’impr. de Setier, 1829, et 1830, in-8 de 8 pag.

MICHEL, anc. fabricant de chandelles.

— Art (l’) de fabriquer la chandelle avec économie et d’opérer un parfait blanchiment. Paris, Audot, 1829, in-18, 1 fr.

Faisant partie de « l’Encyclopédie populaire ».

MICHEL, bachelier ès-lettres, ancien oiseleur du roi de Westphalie.

— Perroquets (les), leur éducation physique et morale. Ouvrage dans lequel on établit des moyens pour les guérir de leurs maladies. Paris, Audot, 1829, in-18, 1 fr.

MICHEL (Francisque), philologue ; né à Lyon.

— Examen critique de « Berte aux grands pieds », des notes de M. Pàris, son éditeur, et de sa Lettre à M. de Monmerqué sur les romans des « Douze pairs ». Paris, de l’impr. de Rignoux, 1822, in-12 de 24 pages.

Tiré à 50 exempl. Réimpression revue, corrigée, un peu diminuée, augmentée néanmoins de l’article qui a paru dans le Cabinet de lecture, no du 9 juin 1832.

— Examen critique de la Dissertation de M. Henri Monin sur le roman de Roncevaux. Paris, Silvestre, 1832, in-8 de 16 pages.

— Histoire des Croisades. Paris, Ajasson de Grandsagne, 1833, in-18, 30 c. — Nouv. édit., presque entièrement refondue, par Aug. Savagnier. Paris, le même, 1834, in-18, 30 c.

Faisant partie de la « Bibliothèque populaire. »

— Mœurs du moyen âge. Job, ou les Pastoureaux. 1251. — Audefroi-le-Bâtard, 1272. Paris, Ch. Vimont, 1832, in-8, 7 fr. 50 c.

— Rabelais analysé, ou Explication de 76 figures gravées pour ses œuvres par les meilleurs artistes du siècle dernier, augmentée de ’ancienne clef et de celle de le Motteux. Paris, Palais-Royal, Galerie de Chartres, 1830, in-8, 15 fr.

Suite ou continuation de l’ouvrage anonyme publié sous le titre de « Galerie Rabelaisienne «. (Voy . ce titre aux Ouvr. anonymes).

— Véland le forgeron. Dissertation sur une tradition du moyen âge, etc. (1833). Voy. Depping.

Cet écrivain a fourni des articles littéraires à divers journaux, et, entre autres, au « Cabinet de lecture ». On trouve aussi de lui, dans le tom. IX du « Salmigondis », une nouvelle intitulée : la Vivandière, et, dans le tom. X des Mémoires de la Société royale des Antiquaires de France, publ. en 1834. une Ballade anglo-normande sur le meurtre commis par les Juifs sur un enfant de Lincoln, avec des introductions et des notes.

Comme pbilologue, M. Fr. Michel a été l’éditeur d’un grand nombre d’opuscules et ouvragés appartenant à la littérature française des XVe et XVIe siècles, et parmi lesquels nous citerons : 1º la Chronique de Duguesclin, avec une Notice bibliogr. et des notes (1830, in-18). — 2º Un Choix de Poésies orientales, trad. en vers et en prose (1830, in-18). — 3º Les Chansons du châtelain de Coucy (1830, in-8). — 4º L’Histoire de S. Loys, par le sire de Joinville (1830, in-18). — 5º La Farce du Meunier de qui le diable emporte l’ame en enfer, par N. Delavigne (1831). — 6º L’Art et Science de rhétorique pour faire rimes et ballades, par Henry de croy (1831). — 7º La Moralité de l’aveugle et du boiteux, par André Delavigne (1831).— 8º La Farce de la Pipée (1831). 9º Le Roman du comte de Poitiers (1831, in-8). — 10º (En société avec M. Reinaud) le Roman de Mahomet, en vers du xiiie siècle, par M. Alexandre Dupont, et Livre de la loi au Sarrazin, en prose du xive siècle, par Raymond Lulle (1831). — 11º Lettre d’un gentilhomme portugais à un de ses amis, etc. (1832). — 12º (En société avec M. de Monmergué) le Lai d’Ignaurès, en vers du xiie siècle par Renaut (1832). — 13º la Farce de l’arbalestre à deux personnages (1833, pet. in-8). — 14º Le Lai d’Havelolok le Danois, avec une préface de l’éditeur (1833, gr. in-8). — 15º des xxiii Manières de vilains (xiiie siècle) (1833, in-8). — 16º Le Roman du meunier d’Arleux, en vers du xiiie siècle, par Enguerrand d’Oisy (1833, in 8). Les deux derniers opuscules sont imprimés pour la première fois.