Page:Quérard - La France littéraire, t. 6, 1834.djvu/110

Cette page n’a pas encore été corrigée


Gosselin ; l’Auteur, 1823, 2 vol. in-12, 5 fr.

MICHAUD (André-Louis-Gaspard), naturaliste, lieutenant au 10e régiment d’infanterie de ligne.

— Complément de l’Histoire naturelle des mollusques terrestres et fluviatiles de la France, de J.-P.-R. Draparnaud. Verdun, Lippmann, 1831, in-4, avec 3 planches.

— Descriptions de plusieurs nouvelles espèces de coquilles du genre Rissoa (Freminville). Lyon, de l’impr. de Perrin, 1830, in-8 de 20 pag.; ou Strasbourg, de l’impr. de Levrault, 1832, in-8 de 24 pag., avec une planche.

MICHAUD D’ARÇON. Voy. Arçon (d’).

MICHAUD DE VILLETTE. Voyez L.-G. Michaud.

MICHAULT (Pierre), l’un des poètes français les plus remarquables du xve siècle ; né, selon toute apparence, en Franche-Comté, mort vers 1467.

— Danse (la) aux aveugles (par Pierre Michault), et autres poésies du xve siècle, extraites de la Bibliothèque des ducs de Bourgogne (publiées par Lambert Douxfils, gentilhomme établi à Bruxelles). Lille, Panckouche, 1784, ou avec un nouv. titre, Amsterdam, 1749, pet, in-8, 5 à 6 fr.

Les premières éditions de cet ouvrage sont celles de Paris, le Petit Laurens, in-4 goth. ; ibid., veuve Lenoir, 1506, in-4. Cet ouvrage a été réimprimé plusieurs fois dans le seizième siècle, en différents formats ; mais toutes ces anciennes éditions sont peu recherchées, depuis la publication de celle que nous citons, qui est belle et correcte.

La Danse aux aveugles est une espèce de drame satirique, en prose et en vers, à trois personnages. Outre la Danse aux Aveugles, on trouve dans l’édition de Lambert Douxlils, deux complaintes (jusqu’alors inédites), de P. Michault, sur la mort de la comtesse de Charolois ; la première est datée de 1465 ; le « Testament », de Pierre de Nelson, et le « Miroir des Dames », par Bouton. La seconde partie contient les pièces anonymes ; et le volume est terminé par un vocabulaire de mots inusités.

L’abbé Goujet a donné, dans le tom. IX de la « Bibliothèque française », l’extrait de l’ouvrage le plus important de P. Micbault, son Doctrinal du temps présent, imprimé pour la première fois, à Bruges, par Colard Mansion, sans date (1466), pet. in-fol., caractère goth., fig. Cette production remarquable a été analysée pour la première fois avec exactitude par Legrand d’Aussy, dans le tom. V des « Notices des manuscrits de la Bibliothèque du Roi ».

MICHAULT (Jean-Baptiste), philologue, avocat au parlement de Dijon, secrétaire de l’Académie de cette ville, plus tard censeur royal ; né à Dijon, le 18 janvier 1707, mort à Paris, le 16 novembre 1770.

— * Dissertation historique sur le vent de Galerne. Basle (Dijon), 1741, in-12.

Publiée sous le pseudonyme de Mureau de Cherval.

Cette brochure, où, à l’occasion d’un vent funeste aux vins de la Bourgogne, il entassait de fastidieuses recherches, lui attira des critiques très-vives : on ne voulut pas voir qu’il s’était proposé, à l’instar de Swift et de Saint-Hyacinthe, de décrier l’abus de l’érudition.

— Explication des dessins de tombeaux des ducs de Bourgogne qui sont à la Chartreuse de Dijon, présentés à S. A. S. Mgr le Duc, le 1er mai 1736. Nuits, Mignoret, 1736, in-4. — Seconde édit. Dijon, Marteret, 1737, in-8.

Publié sous le pseudonyme de J. P. Gelquin, peintre.

— Lettre sur la situation de la Bourgogne par rapport à la botanique… In-8.

— Mélanges historiques et philologiques, avec des notes. Paris, 1754 ; ou avec de nouveaux titres portant seconde édition, Paris, Tillard, 1770, 2 vol. in-12.

On y remarque une heureuse variété, et surtout une dissertation sur « l’Art poétique », par le président Bouhier, ainsi que des morceaux biographiques sur l’abbé Genest, le P. Gerbillon, Saumaise, Pierre de Besse et le P. Oudin. La notice de ce dernier, très-détaillée, et semée de digressions, remplit à elle seule le second volume.

— Mémoires pour servir à l’histoire de la vie et des ouvrages de M. l’abbé Lenglet du Fresnoy. Londres, et Paris, Duchesne, 1761, in-12.

— Réflexions critiques sur l’Élégie. Dijon, 1734, in-8.

L’auteur y réfutait l’abbé Leblanc, qui ne voyait dans l’élégie que l’expression d’une ame exaltée par de violentes passions.

On a encore de lui des élégies et quelques poëmes dans les 13e et 14e volumes des « Amusements du coeur et de l’esprit » ; les Notices sur Gaguin, Boyer, Porta, Césalpin, Dupleix, Duvair et Pradon, qui remplissent la moitié du 43e volume des Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres dans la république des lettres, par le P. Nicéron ; les Vies de Daléchamp et du chevalier de Meré, parmi les « Éloges de quelques auteurs français », publiés par l’abbé Joly.

Comme éditeur, Michault a publié des Lettres choisies de M. de la Rivière, avec un abrégé de sa vie (1751, 2 vol. in-12).

MICHAUX (P.-G.), procureur au châtelet.

— Coutumes (les) considérées comme lois de la nation dans son origine et dans son état actuel, par P.-G. M. Paris, Mérigot le jeune, 1783, in-8.

— * Lettre sur la question de savoir si les seigneurs moyens et hauts justiciers, et les seigneurs échangistes, peuvent instituer et destituer à leur volonté les juge, procureur fiscal, greffier, notaire et ser-