Ouvrir le menu principal

Page:Quérard - La France littéraire, t. 1, 1827.djvu/575

Cette page n’a pas encore été corrigée


BRU. BRU 543/

chez Floient-à-Fable (J.-B. TJener), à renseigne de la Vérité dévoilée, 1700, pet. in-8.,

Compilation du genre de la précédente. L’éditeur y a inséré plusieurs fables de sa composition ; ce sont les plus mauvaises. La conclusion de cet ouvrage renferme, comme, la première de VEsope en belle humeur, des applications qui ont dû attirer beaucoup d’ennemis n leur auteur.

— Renversement des prédictions frivoles dTsaac Brickerstaff, etc. (Richard Steele). Lunéville, chez Lucidor de Soleilmont, à l’enseigne de C Observatoire. 170S, in-12..

J’ublié sous le pseudonyme de du Bclastre.

ïsaac Brickcrstafavait prédit, dans une brochure anglaise, la mort de plusieurs princes, pendant l’année 170S.

Bruslé de Montpleincbamp est encore auteur d’une dîxaine d’ouvrages, imprimés avant 1700 : on en trouve la liste dans L’Examen critique des Dictionnaires historiques, de feu A.-A. Barbier, à l’article BRUSLÉ.

BRUSLÉ DE VALSUZENAY (le bar. Cl.L.), ancien préfet du départ, de l’Aube, mort à Paris, en mars 1S25.

— Mémoire sur la statistique du départ, de l’Aube. Troyes, an ix (1801), in-8.

—Tableau statistique du départ, de l’Aube. 1802, gr. in-S, 1 fr. 25 c.

BRUSSEL (Rie.), conseiller du roi ; néà Paris, où il est morî, le 8 janv.’1750. — Examen (nouv.) de l’usagé général des fiefs en France pendant les xic-xivesiècles, pour servir d’intelligence.aux plus anciens titres de la couronné et autres const. Paris, Cl. Prudliomme, 1725, 2 vol. in-4.

Eu 1750, 00 a fait imprimer de nouveaux titres pour cette édition.

—* Recherches sur la langue latine, principalement par rapportait verbe et à la manière de bien traduire. Paris, Vaîleyre, 1747 ; 2 vol. in-12.

BRUSSEL (P.), neveu du précédent, écrivain satirique, mort vers 1780.

— * Promenade (la) utile et récréative de deux Parisiens, eu cent, soixante — cinq

’jours. Avignon et Paris, Vente, 1768.— Nouv. édit. Paris, Buisson, 1791, 2 vol, in-12.

—* Suite du Virgile travesti, livres vin, ix, x, xi et XII ; par M. B. A. D. E. La Haye (Paris), 1767, in-12.

Moreau de lîrascy avait déjà donné, en 170G, une suite du Virgile travesti, dont Scarron n’avait publié que sept livres.

BRUTE (J.), docteur de Sorbônne, enré de Saint-Benoît ; né à Paris le 9 avril 169g, mort le Ier juin 1762.

—’Chronologie historique des curés de Saint-Benoît. Paris, Desprez, 1752, in-12.

— Discours sur les Mariages, à l’occasion de la naissance de M. le duc de Bourgogne.’ Paris, 1752, in-4.

  • Lettre d’un curé de Paris, sur la suppression des Bans dans les églises paroissiales. Paris, 1702, in-4.

—’Lettre d’un curé de Paris sur les vertus de Jean Bessard. Paris, 1753, in-12.

— Paraphrases des psaumes et cantiques qui se chantent à Saint-Benoît. Paris, 1752, in-12.

BRUTE (S. G. G.), de Rennes. Essai sur l’histoire et les avantages des institutions cliniques. Paris, Belin, iSo3, in-8.

BRUTE DE LOIRELLE, abbé et censeur royal, mort le 2r mai 1783.

—’Ennemis (les) réconciliés, pièce dramatique, en 3 actes et en prose, dont le sujet est tiré d’une des anecdotes les plus intéressantes du temps de la ligue. La Haye, et Paris, Lacombe, 1766, in-S.

C’est à tort que quelques biblioerapbes attribuent cette pièce à Guyol deMervîlle, qui péril en 1765.

—Héroïsme (Y) de l’amitié, David et Jonathas, poëme en iv chants (suivi de pièces diverses). Paris, 1776, in-12. —Joueur (le), tragédiev trad. de.l’angl. Yoy. MOORE (E.).

— Pastorales et poèmes, trad. de l’allem. Yoy. GESSKEB.

BRUTEL DE CHAMPLEVARD. Amour (T) vainqueur, ou l’heureux Stratagème, comédie héroïque en 3 actes et en vers. Paris, 1767, in-S.

BRUTELLE DE LA RIVIÈRE (J.Bapt.), né à Montpellier, en 1669, mort" à Amsterdam, en août 1742.

— * Histoire des Juifs et des peuples voisins, trad. de l’angl. Voy. PRIDEAUX (H.).

— Sermons sur divers textes de l’Écriture-Sainte. Amsterdam, 1746, in-8.

On doit encore à cet écrivain une nouvelle édition du Dictionnaire de Furetière. Voyez ce nom.

BRUTUS (Marc). Lettres à Cicéroh et à Atticus, trad. par M. l’abbé de MAUCROIX. Paris, Caiîïcau, 1726, in-12.

— Lettres de Brutus et de Cicéron, trad. de l’angl. de M. MIODI.ETON, par l’abbé PRÉVOST. Paris, Didot, , 1744, in-12.

— Lettre à Cicéron (traduite en français par l’abbé MORELEET). Paris, Barbou, 1783, in-32. (Rare).

Cette lettre, traduite par un autre, a été souvent réimprimée à la suite des Lettres de Cicéron à Brutus.

BRUUN-NEERGARD (T.-C), gentilhomme du roi de Danemarck, membre de diverses sociétés savantes.