Ouvrir le menu principal

Page:Quérard - La France littéraire, t. 1, 1827.djvu/559

Cette page n’a pas encore été corrigée


BRO BRO Kr, „

en Sibérie, avec 3 pl. (Tom. XXX, 17G4) Le

Périple del’jb’uxin, tel qu’on peut présumer que Salluste l’avait décrit vers la fin.du troisième livre de son histoire : l’établi.sur les fragments qui nous eii restent, à l’aide des anciens écrivains que Sallusle a pu consulter, et de ceux qui ont eu son ouvrage entre les mains, en trois parties (Tom. XXXII et XXXV, 176S, 1770). —Mémoire sur l’oracle de Dodonc (Tom. XXXV, 1770).—La seconde Guerre servile, ou Révolte de Spartacus en Campanie. Fragments de Salluste, tirés des troisième et quatrième livres de son histoire générale (Tom, XXXVII, 1774) BROSSETTE (Cl.), jurisconsulte ; né à Lyon, le 8 novembre 1671, mort le 16 juin 1743.

—* Histoire abrégée, ou (nouv.) Éloge historique de la ville de Lyon. Lyon, Girin, 171 r, in-4.

Ce n’est, ditla Biographie universelle, que l’Eloge historique, de la ville de Lyon, par le P. Ménestrier (r6Go, in-4).reproduit sous une autre formé à la demande du corps cousulairc.de Lyon..,

— Lettres familières de Boileau-Despréaux et Brossette, pour servir de suite aux Œuvres de Boileau ; publ. par CIZERON-RIVAX. Lyon et Paris, Saillant et Jfyon ; Despilly, 1770, 3 vol. pet. in-12.

— Titres des droits civil et canonique, rapportés sous les noms français des matières, suivant l’ordre alphabétique. Lyon, Ant, lloudet, 1705, in-4.

Ouvrage inséré en entier dans la Bibliothèque des arrêts, par Brillon.

Brossette a été l’éditeur du Procès-Verbal des Conférences tenues par les commissaires du roi, etc., voyez PUSSORT : ayant joui de l’intimité de Boileau, ’il a pu, comme on l’a dit spirituellement, lui prendre la mesure d’un Commentaire et donner une édition des Œuvres de ce grand poète, avec, des éclaircissements historiques ; ou lui doit aussi une édit. dés Œuvres de Régnier, avec éclaircissements. Voyez les noms de ces auteurs. On lui a attribué à tort la publication des Lettrés de J.-B, Rousseau sur divers objets de littérature ; c’est L. Racine qui eu est l’éditeur. Biogr. univ.

BROSSIER (R. — C.).’Chansonnier (le) des sociétés lyriques. Voy. ce titre.

J5ROTHERS (Jacq.). Prophéties de Jacq. Brothers, ou la Connaissance révélée des prophètes et des, terups, écrite sous la direction et par l’ordre sacré du SeigneurDieu, pour servir d’avertissement aux nations, et pour leur avantage ; divisées en deux livres, contenant entre autres choses remarquables, et qui n’ont encore été révélées à personne sur terre : i" le Retour des Hébreux.à Jérusalem, en l’année 1798, sous la conduite de leur prophète et prince légitime ; 20 la révélation des causes et effets de la guerre actuelle, et de la prophétie ; qui : s’accomplit maintenant (année du monde 5g 13) ; la chute subite et éternelle des empires de Turquie « d’Allemagne et tîe Russie. Trad. de l’original anglais

impr, à Londres en 1794. Paris, an iv (1796), 2 part, en 1 vol. in-8.

BROTIER (l’abbé A.-Ch.), neveu du suivant j philologue, mort le i3 septembre 1798.

On lui doit la traduction d’Aristophane, insérée dans le Théâtre des Grecs; il a participé h l’Année littéraire, et a été le rédacteur principal du Journal général de la France, sous la direction de l’abbé Fontcnay, auquel il succéda, ainsi que du Précurseur. _ A.-C. Brotier a mis la dernière main à quelques cdit. préparées parsou oncle, savoir : le Maiiueld’Épiclèle, les Maximes de La Rochefoucauld (1780, in-8), les Paroles mémorables, rec. par de Gabr. Brolier.

BROTIER (Gabr.), savant jésuite, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres; né à Tannay, le 5 septembre 17 23, mort à Paris, le 12 février 178g.

— * Conclusionés ex nniversâ theologià, propugnabuntur Deo duce, in regio Ludovic ! inngni collegio soeietatis Jesu, die xi junii 1754. Parisiis, 1754, in-4.’

L’exemplaire de cet ouvrage, qui se trouve à la Bibliothèque du roi, est augmenté d’un graud.nombre de notes. *

— * Examen de l’Apologie de l’abbé de Prades. Paris, 1703, in-8.

— Mémoires du Levant. Paris, 1780, in-8.

— Paroles mémorables, recueillies par G. Brotier, et publ. par And. Ch. BROTIER. Paris,’xygo, in-8.

— Traité des monnaies romaines, grecques et hébraïques, comparées avec les monnaies delà France, pour l’intelligence de l’écriture sainte et des auteurs grecs et romains. Paris, 1760, in-4.

— "Vie de l’abbé de La Caille (en latin). Paris, 1763, in-4.

Cette Vie est imprimée à la tête du Cccluru australe slelliferum. Il en fut tiré Un certain nombre d’exemplaires séparément, Biogr. univ.

Le recueil de l’Académie des Inscriptions renferme de ce savant les trois Mémoires suivants : Mémoire sur les jeux du Ciratie, considérés dans les vues politiques des Romains, I—]II(Tom. XLY, 1793) ; Mémoire sur les connaissances et l’usage de la soie citez les Romains (Tom. XLVI, 1793) ; mémoire sur un tableau d’ialysus, peint par Protogène, et sur la peinture à plusieurs enduits (id., id.).

Brotier a publié, seul ou en société, des éditions estimées de Tacite, de Pline, de Phèdre, de Plutarque, traduction d’Amyot, de Hapin, de La Rochefoucauld et d’Épiclète. Voyez ces noms. 11 préparait une édil. des Œuvres complètes de Pline, le Naturaliste, qui devait former environ six vol. iu-fol., lorsque la mort le surprit.

EROTONNE (F.). Résumé de l’Histoire universelle ; première partie, contenant la manière d’écrire l’Histoire, les sources et. l’esprit de l’histoire, précédée d’une Introduction sur les progrès des études historiques, et suivi d’une Biographie, d’un. Catalogue et d’une Table analytique. Pa