Ouvrir le menu principal

Page:Quérard - La France littéraire, t. 1, 1827.djvu/224

Cette page n’a pas encore été corrigée


io2 BAR BAR

coméd. en un acte, mêlée de Vaud. Paris, Brunet, an n (1794)’, in-8. Avec Léger.

— Tapisserie (la) de la reine Mathilde, com. en I acte, mêlée de vaudev. Paris, M"" Huet-Masson (* G. Brunet), 1804, iu-S, 1 fr. 20 c.

Avec Radet et Desfontaines.

— * Tragédie (la) au Vaudeville, coméd. en un acte et en vers, mêlée de couplets ; suivie de : Après la confession, la pénitence, petit épilogue à l’occasion d’un grand

I prologue. Paris, Brunet, aa.ïx-z$oi), in-8, 1 fr. 20 c. Avec les mêmes.

— Trois, (les) Saphos lyonnaises, ou une Cour d’amour, com.-vaud. en 2 actes. Par/j, Fages’(*Bezou), i8i5l, in-S, 1 fr. 5o c.

Avec les mêmes. —Un petit voyage du Vaudeville, divertissement en 1 acte, pour le retour delà paix. Paris, Fages{*Bezou), i8i4, in-8, 1 fr. 25c.

Avec les mêmes. —Union (1’) villageoise, scène patriotique. Voy. Pus.

— Vallée (la) de Montmorency, ou J.-J. Rousseau dans son hermitage. Voy. Pus.

— Vaudeville (le) au camp de Boulogne. Paris, i8o5, in-8.

Avec : Radet et Desfontaines. Cette pièce valut à ses auteurs une pension de ra, ooo fr. que Napoléon leur accorda.

— Vendangeurs (les). Voy.Rus.

— Voltaire, ou une journée de Ferney. Voy. Pus.

’'--* Voyages (les) de Rosine, etc.Voy. Pus. Ihdépendauiment’de ces pièces, qui ne sont peutêtre pas toutes celles auxquelles Barré a eu part, cet auteur dramatique est l’un des rédacteurs des Dîners du Vaudeville. ’

BARRÉ DE JALLAIS (Liu-Leu-LÔ-Luc), administrateur public, né à Chartres vers 1772.

— Essai sur l’industrie, les mœurs, l’administration et les besoins de la Yendêe. Paris,

’Ckaigneau jetme ; Gérard, I8I5, in-S.

BARRÉ SAlNT-YÉNANT. Colonies modernes sous la zone torride, et particulièrement dé celle de Saint-TomingUe. Paris, Brochot père et comp., 1802, in-8, avec cartes, 7 fr.

BARRELIER (le R. P. Jacq.), dominicain, naturaliste distingué ; né à Paris, en Ï606, mort le 17 septembre 1673. —Plantai perGalliain, Hispaniaractltaliain ohservatae ; iconibus reneïs exhîbitaî ; opus posthnmum accur. Ant. JUSSIEU, in lucem

editum et ad recentïorum : normam digestum. Parisiis, 1714, iu-foU

Le P. Barrclîcr avait rassemblé, durant le cours de ses voyages, une immense collection de plantes, dont il se proposait de donner une histoire générale : il était occupé à la retoucher et à la perfectionner lorsque la mort vint le surprendre. Ses manuscrits furent —dispersés, et en partîcdévorés par les flammes. Les plancbes en cuivre, qui avaient été gravées à Rome, d’après les dessins du P. Barrelier lui-même, restèrent seules : Ant. dc Jussieu les rassembla, refit le texte, et publia le vol. ci-dessus.

Ce vol. est orné de 334 pi-, contenant I3Q2 fig. de différentes espèces de plantes, avec 3 pi. de coquillages. Les dessins sont en général corrects, mais ils ont souvent été exécutés sur des dimensions si petites qu’on a peine à reconnaître les végétaux. Souvent le même végétal csl répété jnsqu’à deux et trois fois, et, plus d’une fois, de simples variétés sont érigées en espèces. Jussieu assure que lioccone publia sous son nom un grand nombre dc plantes qu’il avait reçues de lïarrelier ; mais, suivant la remarque fort juste deM. du Petit-Thouars, il est à présumer que ce dernier reçut aussi de Boccone beaucoup de plantés en échange, puisque son projet étant de faire une collection générale, il avait pris dans tous les auteurs ce qu’il trouvait à sa convenance. On peut juger, d’après cela, combien il est difficile maintenant de déterminer avec exactitude quelles sont les plantes que le naturaliste français a découvertes. Sprengel eu fait monter le nombre à une centaine, dont il donne la liste.

Biogr. méd.

BARRÊME (Fr.), arithméticien, né à Lyon, mort à Paris, en 1703. — Arithméticien (1’). Paris, 1764 j in-12.

— Arithmétique (1’), ou le Livre facile pour apprendre l’arithmétique de soi-même et sans maître. Ouvrage très-nécessaire à toute sorte de personnes. Touv. édit., augm. de plus de 190 p., ou de Règles différentes, de. la géométrie, servant au niesurage et à l’arpentage, et du Traité d’arithmétique nécessaire à l’arpentage et au toisé. Par N. ÎÏÀRRKME. Paris, Gàndottin, Ify’on, etc., 174.0, 1747, in-12 ; Limoges, HJ. Barbon, 1781 ; Paris, Libraires associés, , 1788, in-12, 2 fr. 5o c. — Autre édit..rfvignun, Bonnet

fils, iSii, in-12 de 600 pag.

Il serait inutile de donner ici le détail des autres éditions de cet ouvrage généralement connu, et que l’on irouve chez presque tous les libraires.

La première édition parut en 1677 sous eu titre ; ’Le Livre facile pour apprendre l’arithmétique de soi-même.

— Banquier (le grand), ou le Livre des monnaies étrangèresj réduites en monnaies de Fiance. Nouvelle édit. Paris, 1709, in-$.— Autre édit., augm. par Nie. BÀR ; RÊME, fils del’autéur./)ar/5, 17175 2 vol.in-8.

La première édition est de i68r. —Comptesfaits.Pûr., X70S.—Edit. stéréo t. Paris, Moronval, 1824 ? in-24 », * fr. 20 c.

Ouvrage souvent réimprimé— La première édition est de 1670.

—Livre (le)nécessaire pour tons les comp