Page:Poe - Les Poèmes d’Edgar Poe, trad. Mallarmé, 1889.djvu/139

Cette page n’a pas encore été corrigée


cieux figés. Les vagues ont à présent une lueur plus rouge, les heures respirent sourdes et faibles, — et quand, parmi des gémissements autres que de la terre, — très bas — très bas, — cette ville hors d’ici s’établira, l’Enfer, se levant de mille trônes, lui rendra hommage.