Page:Poe - Les Poèmes d’Edgar Poe, trad. Mallarmé, 1889.djvu/124

Cette page n’a pas encore été corrigée


À l’extinction de la lumière, elle me couvrit chaudement et elle pria les anges de me garder de tout mal, — la reine des anges de me parer de tout mal.

Et je gis si posément, maintenant, dans mon lit (connaissant son amour) que vous vous imaginez ma mort, — et je demeure si satisfait, maintenant, dans mon lit (avec son amour en mon sein) que vous vous imaginez ma mort, que vous frémissez de me regarder, me croyant mort.

Mais pour mon cœur — il est plus brillant — que toutes les multiples étoiles du ciel — car il scintille par Annie, — il s’allume à la lumière de l’amour de mon Annie — à la pensée de la lumière des yeux de mon Annie.