Page:Poe - Derniers Contes.djvu/4

Cette page a été validée par deux contributeurs.


lités de son modèle. Pour notre part, nous ne parcourons jamais son admirable traduction sans regretter vivement qu’il n’ait pas assez vécu pour achever toute sa tâche.

La voie ouverte avec tant d’éclat par l’auteur des Fleurs du Mal ne pouvait manquer de tenter après lui bien des amateurs du génie si original et si singulier que la France avait adopté avec tant de curiosité et d’enthousiasme. À mesure que de nouveaux Contes de Poe paraissaient, ils étaient avidement lus et traduits. Quelques-uns même osaient, sous prétexte d’une littéralité trop scrupuleuse, refaire certaines parties de l’œuvre de Baudelaire. C’est ainsi que parurent tour à tour les Contes inédits, traduits par William Hughes (1862), les Contes grotesques, traduits par Émile Hennequin (1882), et les Œuvres choisies, retraduites après Baudelaire par Ernest Guillemot (1884).

Les Contes et Essais de Poe, dont nous publions aujourd’hui la traduction, sont à peu près inédits pour le lecteur français. Si nous nous sommes permis d’en reproduire deux : L’inhumation prématurée et Bon-Bon, déjà excellemment traduits par