Page:Poe - Derniers Contes.djvu/279

Cette page a été validée par deux contributeurs.


première carte la première lettre de son épître, sur la suivante, la seconde, et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’on ait épuisé les cinquante-deux cartes. On mêle ensuite le paquet d’après un plan concerté à l’avance. Par exemple : on prend les cartes du talon et on les place dessus, puis une du dessus que l’on met au talon, et ainsi de suite, un nombre de fois déterminé. Cela fait, on écrit de nouveau cinquante-deux lettres, et l’on suit la même marche jusqu’à ce que la lettre soit écrite. Le correspondant, ce paquet reçu, n’a qu’à placer les cartes dans l’ordre convenu, et lire lettre par lettre les cinquante-deux premiers caractères. Puis il mêle les cartes de la manière susdite, pour déchiffrer la seconde série et ainsi de suite jusqu’à la fin. Ce que l’on peut objecter contre ce genre de cryptographie, c’est le caractère même de la missive. Un paquet de cartes ne peut manquer d’éveiller le soupçon, et c’est une question de savoir s’il ne vaudrait pas mieux empêcher les chiffres d’être considérés comme tels que de perdre son temps à essayer de les rendre indéchiffrables, une fois interceptés. L’expé-