Page:Poe - Derniers Contes.djvu/252

Cette page a été validée par deux contributeurs.


fort en peine de trouver une idée. Je l’engageai à émettre celle-ci : « ό υοῦς ἐστιυ ᾰϋλος. » Il me dit qu’il le ferait, et rentra chez lui, pendant que je me dirigeais du côté des pyramides. Mais ma conscience me gourmanda d’avoir articulé une vérité, même pour venir en aide à un ami, et retournant en toute hâte à Athènes, je me trouvai derrière la chaire du philosophe au moment même où il écrivait le mot « ᾰϋλος. » Donnant au λ (lambda) une chiquenaude du bout du doigt, je le retournai sens dessus dessous. C’est ainsi qu’on lit aujourd’hui ce passage : « ό υοῦς ἐστιν αὗγος. », et c’est la, vous le savez, la doctrine fondamentale de sa métaphysique[1]. »

« Avez-vous été à Rome ? demanda le restaurateur, en achevant sa seconde bouteille de Mousseux, et tirant du buffet une plus ample provision de Chambertin.

« Une fois seulement, monsieur Bon-Bon, rien qu’une fois. C’était l’époque », dit le diable, — comme s’il récitait quelque passage d’un livre, — « c’était l’époque où

  1. Le mot attribué à Platon signifie « l’âme est immatérielle. » Le Diable, en changeant ᾰϋλος en αὗγος, prétend avoir enlevé à la définition de Platon tout sens intelligible.