Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/96

Cette page n’a pas encore été corrigée


l’enseignement des rhéteurs. On y voit défiler les [grec] chers à la prose d’art depuis Gorgias : les isocôla, les parisa, les antithèses 1 , les homoeoteleuta 2 , les paréchèses \ les paronomases 4 ; en outre l’hyperbole 5 , la redondance 6 , et l’oxymoron 7 . Si l’emploi n’en est pas poussé, comme dans le fragment de Gorgias, jusqu’au ridicule, il est néanmoins assez étendu pour qu’on puisse tirer du Ménexène une étude complète des procédés de la rhétorique contem- poraine. Il suffit, pour en prendre une idée, de relire l’exorde du discours. Denys d’Halicarnasse a blâmé ces « ornements superflus 8 » qui cachent mal la banalité de l’idée ; il reproche à Platon d’être descendu aux figures de déclamateur mises à la mode par Gorgias (25, Ta ôcarçixà xà TopyUix) ; il signale dédaigneusement les redondances (26), l’emploi de l’antithèse et de la parisosis (25), se deman- dant si c’est Platon que l’on entend, ou bien Licymnios et Agathon 9 .

Un autre genre d’ornements recommandé par les écoles de rhéteurs pour ces sortes de discours, ce sont les mots et les locutions empruntés au langage de la poésie. Le Ménexène n’a

1 . a36 d xo-.V7j [xàv uîwô xrjç roXscoç — i8ca 8c 6:cô xwv otxet’wv ; a36 e epycov su 7rpa^8évTtov — Xo’yw xaXwç prjôévTi ; 238 c xaXrj uiv àyaOwv, 7] 8’ IvavTt’a xaxwv.

2. 236 e xoù; ixcv TexsXeuTïixoTaç îxavwç bcatvfasTett, xotç 8è ^ôîatv sùtjLevwç XttpatvfotTSt, etc..

3. Ex. 24o d ttôcv 7zXt]0oç xat Tcaç 7:Xouxo;.

4. Ex. 237b où8s... [AeToix.ouvTaî..., àXX’ otxouvxaç.

5. 246 a -oXXà [xèv Ta sîprjaéva xat xaXa, 7:0X08’ ïxi xktim xat xaX- Xta> ix a7:6kznz6<xzva. (s’il en est ainsi, pourquoi avoir commis la maladresse de ne pas retenir les exploits les plus glorieux ?) ; 2 46 b îroXXat fàp av guipât xat vjxtsç Ott£ txavat yévotvTO ;w xà navra ueXXovTt Tispa^vîtv.

6.26e 7zapx Twv àxoysâvTtov (relevé par Denys) n’est là que pour donner un pendant à toiç TîpaÇaat ; 23 7 d ayovo; xat xa&apâ ; 23 7 e uo’vï] xat 7:puiTr) ; 238 a xdXXtata xat àptaxa, etc.

7. 23g c tov 81 ouxe ^otrjxrfç 7ito Sdcjav à£tav kiz ’âÇtotç Xa6wv

8. Usât xr\c Xêxtîxtjç A rç aoaôs vouç 8etvoTT]Toç, 25.

9. La ressemblance que nous avons signalée, pour la composition, entre le discours du Ménexène et celui d'Agathon dans le Banquet se retrouve en effet dans l’emploi des ayrjtxaxa.